23 mars 2015

Newsletter #21 Curanilahue à Valparaiso

Clic image pour voir album

Le corps nous a dicté un 2e jour de repos à Curanilahue…Il faut ce qu’il faut! Décidément le Chili, c’est tout sauf facile! En rejoignant la côte, nous nous attendions à des routes moins exigeantes. Oui, il y a du bitume quasiment partout, mais les pentes elles, sont souvent longues et raides, à croire que les ingénieurs chiliens ne connaissent pas les virages en épingles: il faut monter, on monte tout droit. Les cyclistes n’ont qu’à s’endurcir le mollet!

Clic image to see album
Nous quittons donc Curanilahue avec pour objectif de rejoindre Concepcion à environ une centaine de kilomètres. Cette grosse ville très éprouvée par le tremblement de terre de 2010 ne nous attire pas particulièrement mais nous devons y passer pour récupérer un paquet à la poste. Nous entrons dans la ville par un beau pont avec large trottoir cyclable et un réseau de pistes nous amènent sans encombre au bureau de poste du centre ville. On voit peu de traces des dommages provoqués par le tremblement de terre car tout a été reconstruit. Une fois le paquet récupéré, nous décidons de poursuivre la route. Mais la fatigue finit par avoir raison de nous et quand Charles aperçoit une affiche annonçant un ‘motel’, pourquoi ne pas aller voir ce qui en est. C’est la première fois que nous voyons ce type d’hébergement annoncé. Eh! bien! pour à peine quelques pesos de plus qu’un site de camping, nous avons droit à une unité avec garage. Pas mal du tout, et c’est bien insonorisé en plus! Une bonne nuit de récupération en perspective. 

Clic photo para ver album
Ça ne sera pas de trop car la journée qui nous attend sera dure! Après une agréable pause diner à Tome au bord du Pacifique, nous rentrons dans les terres vers le nord-est et là, ça monte et ça monte, tout ça sous une chaleur incroyable. Quand même spécial de constater que certains matins, nous partons à 8 degrés pour nous retrouver vers midi à frôler les 40 degrés! Après 47 km, nous apercevons un camping qui annonce une piscine! Tiens, tiens, pourquoi pas? Comme les vacances sont finies pour les Chiliens, nous sommes les seuls à profiter de l’endroit. Quel bonheur! Avant de partir le lendemain, le proprio nous offre de belles pêches fraîchement cueillies.

Clic image pour voir album
Une autre journée difficile nous attend car les montées et les descentes se succèdent et cette fois, pas de piscine en vue. Nous sommes toujours dans de denses forêts de pins et d’eucalyptus où l’agréable mélange des odeurs ne fait pas oublier la chaleur intense. À Quirihue, nous quêtons de l’eau à une dame qui arrose le parc. Elle nous dit qu’il y a un camping au bord de la mer, à Cobquecura à 32 km et que ‘ça descend tout le temps’. Elle a oublié de dire qu’avant de descendre, ça montait encore plus!!! En fait, depuis le temps, nous savons qu’il faut prendre avec un grain de sel les évaluations des Chiliens quant aux distances et aux gradients des pentes: à croire qu’ils ne parcourent pas les mêmes routes que nous.

En fin d’après-midi, complètement lessivés, nous lorgnons la forêt, à la recherche d’un coin adéquat pour un bivouac. Finalement, après avoir franchi une clôture plus ou moins solide, nous nous engouffrons sous le couvert d’une grande pinède à la recherche d’un petit coin discret pour poser nos pénates. Que c’est reposant de n’entendre que le bruissement des grands pins caressés par un vent léger…Mais soudain, vers 7 heures du matin, le sol se met à vibrer!!! C’est un tremblement de terre. Quelle sensation bizarre! Heureusement pour nous, ça n’a duré que quelques secondes.

Clic image to see album

Reposés, nous poursuivons la route et après une dernière montée, très abrupte par bouts au point où nous nous résignons à pousser les vélos, enfin, la grande descente vient récompenser nos efforts et nous arrivons à Cobquecura, au bord du Pacifique. Nous nous attardons sur la plage pour admirer la Piedra de la Loberia, un bloc rocheux  qui s’avance dans la mer et où se prélassent des centaines de loups de mer. Le vent du large nous rafraichit agréablement et après un second arrêt touristique à la Iglesia de Piedra, autre monument naturel intéressant, nous attaquons la raide montée pour sortir du village. Encore une petite séance de poussée en vue! Puis lentement, nous franchissons les derniers kilomètres dans une belle campagne pour parvenir à Buchupureo, un tout petit village sur une belle plage de sable noir. Quand nous apercevons la longue montée à la sortie du village, c’est assez, nous sommes mûrs pour une autre journée de repos! Cette fois, nous trouvons une petite cabana sur pilotis, tout près de la plage, avec un balcon aux premières loges pour un coucher de soleil sur le Pacifique.

Clic photo para ver album

Comme les journées restent un peu plus fraiches au bord de la mer, nous optons pour la route qui longe plus ou moins le littoral. Mais pas moyen d’échapper à la succession de montées et descentes caractérisant ce coin de pays. Le chemin descend vers chaque village pour ensuite mieux remonter dans les falaises. Pour couronner le tout, il nous faut même affronter un 15 km de ‘ripio’ poussiéreux avec des pentes crève-coeur! 

L’autre défi à relever, c’est trouver des endroits où coucher dans les zones un peu moins touristiques. Aucune option en vue, et les terrains sont extrêmement bien clôturés, avec barrières cadenassées à double tour. Fatigués, nous franchissons tout de même la barrière d’un ‘Fundo’ (entreprise) par un portillon où nous arrivons à faire passer les vélos. Cependant, au moment où nous commençons à dresser la tente dans un espace sous les arbres, arrive un homme à moto, suivi de plusieurs gros camions de bois. Nous sommes sur les terres d’une entreprise forestière et l’homme à la moto ne se laisse pas attendrir par notre demande d’hospitalité et nous devons repartir. Cinq kilomètres plus loin, au moment d’entrer dans un petit boisé, nous apercevons une dame dans la cour d’une ferme de l’autre côté de la route. Elle nous invite gentiment à venir la voir et quand nous lui expliquons notre problème, c’est avec le sourire qu’elle et sa fille nous invitent tout simplement à camper chez eux! C’est donc dans un champ où se promènent des vaches que nous dressons le camp et nous y passons une nuit des plus calme.

Clic image pour voir album
Le lendemain, pleins d’énergie, nous grimpons encore une fois des pentes incroyables pour arriver à Constitution, une grosse ville où nous nous ravitaillons rapidement. Toutefois, comme c’est milieu d’après-midi quand nous terminons la longue montée à la sortie de la ville, la vue d’un camping annonçant une piscine nous stoppe instantanément. Ça y est la journée est finie! Comme nous sommes quasiment seuls sur place, le dodo ne sera troublé que par quelques concerts de chiens hurleurs, heureusement atténués par le port de bouchons dans les oreilles. Eh! oui! C’est devenu l’accessoire indispensable de nos nuits!

L’étape suivante se révèle un peu plus facile, enfin! Pas de gros dénivelé, le vent dans le dos, nous longeons le Rio Mataquito jusqu’à Licantén. Nous tentons d’y louer une cabana, seul hébergement possible semble-t-il, mais le proprio est en vacances! Il faut donc poursuivre jusqu’à Hualané où malgré nos demandes à différents endroits, impossible de camper nulle part et la seule pension est pleine (?!). Nous poursuivons donc la route et finalement à bout de ressources, nous arrêtons devant la dernière maison visible avant que la route remonte vers la forêt. Une dame et ses enfants nous accueillent à bras ouverts. Nous dressons donc la tente…derrière la porcherie! Ce soir-là, nous sommes invités à prendre le thé avec la famille et nous y goûtons la meilleure confiture de melon qui soit! Merci à Nixsa et sa famille! 

Clic image to see album
Nous parvenons ensuite sans peine à Marchihué où nous logeons dans une pension avant de repartir vers le nord. L’objectif est de rejoindre Valparaiso d’ici quelques jours. On nous a parlé de feux de forêts aux environs de la ville et nous espérons bien que la situation sera sous contrôle à notre arrivée. La grimpette recommence de plus belle et après une étape dans un camping désert à Rapel sur le bord du rio du même nom, nous franchissons des montagnes pour mieux replonger en direction de San Antonio, une grosse ville portuaire sur le Pacifique. Charles trouve heureusement une route qui nous amène rapidement au bord de l’eau, dans la zone du port, ce qui nous évite un grand bout d’autoroute. 

Clic photo para ver album
Nous restons ensuite en bordure du Pacifique sur la Ruta de Los Poetas, traversant une succession de stations balnéaires agréables. On peut comprendre que plusieurs artistes, dont le poète Pablo Neruda, aient été fascinés par ce coin de pays. La route serpente d’une colline à l’autre en passant par de magnifiques plages, parfois encadrées de rochers vertigineux.

Il nous faut ensuite traverser une grande zone de collines noircies par les récents feux avant d’arriver finalement sans encombre à Valparaiso, gigantesque ville accrochée à ses 45 ‘cerros’ (montagnes). Qui dit montagnes, dit côtes, et pas des moindres. Nous terminons donc la journée en beauté en poussant les vélos pour rejoindre le petit hôtel que nous avons réservé sur le Cerro Artilleria. 

Clic image pour voir album
Nous voilà maintenant installés pour quelques jours dans cette ville colorée et grouillante qui mérite qu’on s’y attarde quelque peu. Son vieux quartier, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2003 mérite qu’on se perde dans son labyrinthe de ruelles, découvrant à chaque tournant des murales en tout genre. Ça donne du caractère à cette ville que le poète Pablo Neruda comparait à « une femme qui a oublié de se peigner et de bien s’habiller, toujours surprise par la vie »(traduction libre)…On y sent une vibration bien particulière, une vie foisonnante, et il n’est pas surprenant d’y apercevoir de jeunes artistes partout carnet de croquis et crayon à la main. Ici, l’expression artistique semble n’avoir aucune limite. Cependant, arpenter les ruelles pentues et les escaliers vertigineux qui partent à l’assaut des collines n’est pas de tout repos, mais des jambes de cycliste, ça en a vu d’autres! 

Quand nous remonterons sur les vélos dans quelques jours, nous franchirons la barre des 10 000 km.

À suivre…


Clic image to see album


Clic image pour voir album

Clic photo para ver album

7 mars 2015

Newsletter # 20, Puerto Montt à Curanilahue

Clic image para ver album
Ah! que ça fait du bien! Une semaine à relaxer, sans pédaler. Poser les bagages au même endroit pour 7 jours, bien à l’abri, dans une chambre douillette…le bonheur!

Il fallait aussi célébrer quelques événements: anniversaire de mariage le 13 février, St-Valentin, l’anniversaire de naissance de Denise le 15, donc excellent prétexte pour se payer de bonnes bouffes au restaurant! Ajoutez à cela la fierté d’avoir complété une des étapes les plus difficiles du voyage et vous comprendrez que nous avons passé une très belle semaine à Puerto Montt.

Le 18 février, nous repartons donc à vélo, les jambes ragaillardies, le coeur léger, prêts pour de nouvelles aventures, dans la région des lacs et volcans. Un soleil radieux illumine le paysage jusqu’à Puerto Varas sur le Lago LLanquihue. Cependant, quand nous tournons vers l’est pour longer le lac, le ciel s’obscurçit, les nuages deviennent de plus en plus menaçants et nous avons même droit à quelques gouttes. Bonne raison de faire une pause pour savourer une ‘kuchen’, une délicieuse tarte aux fruits, spécialité du coin, où de nombreux colons allemands se sont établis, amenant avec eux une tradition culinaire des plus nourrissantes pour nos estomacs de cyclistes affamés.

Clic image pour voir album
La grande vedette du paysage de cette région, c’est bien sûr le volcan Osorno, avec son cône presque parfait qui culmine à  2 652 mètres. Mais encore faut-il que les nuages nous le laissent voir! Nous devinons peu à peu son profil pour finalement le voir émerger complètement, sur fond de ciel bleu, à Ensenada où nous nous installons en fin de journée, dans un camping au bord du lac LLanquihue. Quel monstre! Ce volcan est un des plus actifs du sud des Andes. Espérons qu’il continuera à sommeiller le temps que nous serons ici…

Clic image to see album
Le volcan lui, a très bien dormi, mais nous, pas beaucoup! Je vous explique. Ici, ce sont les grandes vacances estivales. Alors il y a foule dans la région des lacs, une des préférées des vacanciers pour cette période de l’année. Comme il est difficile de trouver des bivouacs dans ces zones plus habitées, nous devons fréquenter les campings officiels. Cela a des avantages comme des douches et toilettes, mais l’inconvénient majeur, c’est la promiscuité avec tout ce beau monde qui semble ne jamais dormir, comprendre, les vacanciers chiliens et argentins! Nous pensions avoir choisi le site le plus tranquille, en bordure de la plage, mais quelle erreur! D’abord, toute la soirée, nous avons eu droit à 2 sources de musique différentes. D’un côté, nous avions un fan de Brian Adams qui faisaient jouer ses plus grands succès en boucle, et en face, un amateur d’opéra! Puis, il y a eu ce maniaque de soccer qui a décidé de faire écouter à tue-tête à tout le camping, via la radio de son camion, le dernier match en cours vers 22 heures! Une cacophonie invraisemblable, dont personne ne semble se plaindre. Finalement, pour couronner le tout, à partir de minuit, des groupes de jeunes se sont installés sur la plage, certains à peine à 10 mètres de notre tente et TOUTE la nuit, nous les avons entendu rire et chahuter au son d’une musique à la basse lancinante! Même avec des bouchons dans les oreilles, pas moyen de dormir. Exaspérée, Denise s’est levé vers 1 heure pour demander au groupe le plus proche de s’éloigner, mais des dizaines d’autres jeunes étaient éparpillés un peu partout sur la plage, faisant la fête. Finalement, ce n’est que vers 7 heures que les choses se sont calmées. Pas besoin de vous dire que l’énergie n’était pas à son meilleur le lendemain.

Clic image para ver album
Nous parvenons tout de même à franchir 93 km, longeant le lac LLanquihue, avec de magnifiques points de vue sur l’Osorno, avant d’arriver au lac Puyehue au bord duquel nous trouvons un camping plus calme, heureusement. Ça nous rassure: il y a bien quelques Chiliens et Argentins qui aiment la tranquillité…

Nous nous dirigeons maintenant vers l’Argentine. Eh! oui! Il faut faire un petit aller-retour à travers les Andes histoire de renouveler notre permis de séjour au Chili. En effet, chaque fois que nous entrons de nouveau au Chili, on nous redonne un permis de 90 jours, ce qui ne sera pas de trop pour remonter jusqu’au nord du pays. Comme la frontière argentine n’est pas très loin d’ici, et que de plus, la route promet d’être spectaculaire, nous nous lançons dans l’aventure. Après tout, ce n’est qu’un col à 1320 mètres…

Clic image pour voir album
La montée du côté chilien se révèle assez ardue toutefois, avec des gradients de pente crève-coeur. De plus, nous n’avions pas prévu que les postes douaniers seraient aussi achalandés en ce temps de vacances. Joli bordel! Avec le sens de l’organisation qu’on leur connait, Chiliens comme Argentins se bousculent pour traverser dans les 2 sens, et comme chacun des postes est éloigné l’un de l’autre, il faut refaire le processus 4 fois au total, pour l’aller-retour! Mais petite revanche de cyclistes sur les automobilistes: nous avons pu nous faufiler en tête de file, sans que personne ne nous interpelle, ce qui a réduit considérablement l’attente. On ne s’est même pas senti coupable après que la plupart des automobilistes pressés nous ait frôlé sur la route! Tiens, toi!

Cette route traverse le parc Puyehue, au pied du volcan du même nom. On peut y voir encore les traces des ravages causés pas sa dernière éruption en 2011. Arbres morts, cendres volcaniques un peu partout, le paysage a des allures de fin du monde par moments. Nous bivouaquons au bord d’un tout petit lac, avec vue sur le volcan. C’est d’un calme incroyable. Nous adorons!

Clic image to see album
Après un petit séjour de 24 heures en terre argentine, plus précisément à Villa La Angostura, nous refaisons le col en sens inverse, avec des points de vue différents sur ce magnifique paysage de montagnes. Comme les pentes sont moins raides dans ce sens, nous sommes vite de retour au Chili. Arrivés à Entrelagos, nous arrêtons au bureau d’information touristique. La question est de savoir si la route qui mène à Lago Ranco le plus directement est en ‘ripio’ ou en asphalte. Aucune de nos cartes n’est claire à ce sujet. Les 2 personnes du bureau nous affirment qu’il n’y a que 7 km en gravier…’mas o menos’ (plus ou moins)…Eh! bien! laissez-moi vous dire que le plus ou moins a été d’environ 50 km!!! Nous qui en avions ras-le-bol du ‘ripio’, on a dû se résigner à se faire brasser la carcasse de nouveau et à avaler une autre bonne dose de poussière.

Clic image para ver album
Vers la fin de l’après-midi, ce jour-là, un automobiliste s’est arrêté tout à coup à notre hauteur et nous a demandé la permission de faire une photo de nous. La conversation s’est engagée et Felipe, un fermier du coin, nous a finalement invité à camper sur sa ferme, environ 1 km plus loin. Fatigués des horribles cahots de la route, nous avons accepté sans hésitation. Felipe, tout fier de nous accueillir, nous a fait visiter sa ferme, où il vit seul. Quelle passion pour sa terre nous avons senti chez cet ‘ermite’ comme il se définit lui-même. Ses yeux brillent de plaisir quand il nous montre son petit paradis, près d’un ruisseau encastré dans des falaises tapissées d’une végétation luxuriante. Il nous parle de la richesse que constitue cette source d’eau pure, à la base de la vie, dit-il. Nous passerons une partie de la soirée à converser avec lui, répondant à ses nombreuses questions sur la vie au Canada. 

Clic image pour voir album
Le lendemain, nous terminons les 15 derniers kilomètres de l’horrible route de gravier et retrouvons le plaisir de pédaler sur l’asphalte jusqu’à Lago Ranco où nous arrêtons dans un camping…plein de Chiliens et d’Argentins en vacances! Encore une nuit quelque peu agitée, avant de reprendre une route supposément asphaltée…qui est en construction! Décidément, notre caractère est mis à rude épreuve. Nous roulons dans le sable, le gravier, des parties d’asphalte encore raboteuse, entre les machines et camions qui travaillent sur la route, pour arriver à une rivière où le pont n’est pas terminé! Pour traverser, il faut attendre le bac qui est immobilisé de l’autre côté. Nous faisons de grands signes aux opérateurs mais il faudra attendre 45 minutes…et l’arrivée d’une auto pour qu’enfin les 3 hommes se décident à venir nous chercher. Manoeuvré à la force des bras, avec toute la nonchalance possible, le bac met environ 15 minutes pour nous amener sur l’autre rive où nous devons pousser les vélos dans une longue pente abrupte en sable et gravier. Patience, patience!

La température s’est haussée de plusieurs degrés ces derniers jours, avec un taux d’humidité frôlant les 85%. Le paysage lacustre se noie dans un dense brouillard, et les champs prennent peu à peu les couleurs automnales, si bien que tout nous parait terne tout à coup. Le moral chancèle par moment…C’est peut-être la fatigue aussi, qui se fait sentir après plus de 8  jours d’affilée sur les vélos. À Futrono, au nord du Lago Ranco, nous posons donc nos pénates dans une cabana, histoire de récupérer, mais comme il n’y a pas d’air climatisé, nous souffrons de la chaleur humide. Comble de malchance, la porte-patio se brise et Charles travaille fort avec le proprio pour tenter de réparer le tout, sans succès. Puis le ventilateur déglingué décide de tomber en panne. Ce n’est pas tout: en soirée, c’est le tuyau de renvoi de l’évier de la salle de bain qui se défait, inondant le plancher! Nous éclatons de rire après ce dernier malheur! Quoi faire d’autre? Ce n’est pas la première fois que nous constatons le mauvais état d’une construction ici, comme partout en Amérique du Sud d’ailleurs, mais cette fois, ce sont bien des pépins en même temps. 
Avant qu’un autre morceau de la cabana nous reste entre les mains, nous décidons de repartir le lendemain, malgré un brouillard dense, si bien que pour la moitié de la journée, nous ne voyons rien du paysage autour de nous. En après-midi, nous tournons en direction du nord-est et le vent nous pousse agréablement, ce qui nous permet de franchir aisément 105 km pour arriver à Panguipulli, sur le bord du lac du même nom. Nous campons en ville, trop fatigués pour aller plus loin. Un jeune couple de cyclistes argentins passe la soirée avec nous. Lui, vient de finir sa médecine et elle, ses études en nutrition et dans quelques jours, ils entreprendront leur carrière respective. Nous en profitons pour pratiquer notre espagnol et mieux nous renseigner sur la vie en Argentine. Une soirée des plus intéressantes!

Couchés vers 23 heures, pendant que nos amis les Argentins terminent leur gros ‘steaks’ cuits sur le feu, nous sommes réveillés vers 1 heure par une sirène d’alarme qui retentit pendant un bon 2 minutes provoquant les hurlements de TOUS les chiens de la ville (il doit bien y en avoir quelques centaines!). Finalement, ce sont les dizaines de coqs aux alentours et les ibis, qui prennent le relais aux petites heures pour achever de nous gâcher la nuit. Bravement, nous nous levons quand même vers 7h30, et quand nous quittons à 9 heures, les Argentins n’ont pas bougé encore, ni les Chiliens, qui semblent ne jamais être incommodés par les bruits ambiants!

Clic image para ver album
Nous roulons dans une relative fraîcheur matinale, avec encore une brume qui efface l’horizon sur les lacs. À Lican Ray, au nord du lac Calafquen, nous prenons la route en direction de Villarica. Quelle circulation intense tout à coup! L’accotement laisse à désirer et ça monte sérieusement pour un bout, si bien que nous avons très hâte d’arriver à destination. Finalement, nous redescendons plus ou moins pour les 10 derniers kilomètres de la journée vers Villarica, une jolie ville au bord du lac du même nom. Le fameux volcan Villarica se cache dans les nuages, malheureusement. Un peu découragés par les conditions des derniers jours, nous optons pour une autre journée de congé dans une jolie ‘hosteria’ avec vue sur le lac et le volcan…s’il daigne sortir des nuages. Après tout, nous ne sommes pas pressés et Argentins comme Chiliens terminent leur vacances d’ici une semaine. On nous dit que le calme va revenir un peu partout…

Clic image pour voir album
Notre dernière nuit à Villarica nous réserve toutefois une surprise de taille! Vers 3 heures du matin, nous entendons un raffut de tous les diables dans la rue sous la fenêtre de notre hôtel. Des autos arrivent, les portières claquent, les gens parlent fort, s’exclament! Mais que se passe-t-il donc? Nous regardons du balcon ce qui peut bien provoquer ce branle-bas de combat. Tout le monde regarde dans la même direction…le volcan!!! Dans la nuit noire, nous distinguons la griffe de feu que dessinent les coulées de lave en fusion s’écoulant du cône du fameux Villarica! Quel spectacle! Même si le volcan est à 27 km, nous apercevons clairement son sommet incandescent. Puis peu à peu, le calme revient dans la rue, et nous nous rendormons tranquillement, puisqu’aucune alerte n’est donnée. Le lendemain seulement, nous apprendrons que la petite ville de Pucon, à 15 km du volcan, a été évacuée par précaution. Nous quittons Villarica tranquillement en nous retournant fréquemment pour admirer le volcan rendormi, semble-t-il. Seule une légère fumée s’en échappe et on remarque les traces noires laissées par les coulées de lave refroidie.

Clic image to see album
Nous pédalons maintenant vers le nord-ouest pour rejoindre la panaméricaine, une autoroute qui traverse le pays du nord au sud. Pourvue d’un large accotement, elle se révèle assez sécuritaire pour nous, mais on se lasse vite d’y pédaler car pas grand chose à voir et le bruit incessant de la circulation est infernal. Nous décidons donc de prendre une route secondaire après Temuco. Ça ondule d’une colline à l’autre à travers une succession de fermes puis des forêts de pins et d’eucalyptus. Les pentes parfois raides nous mettent les jambes à l’épreuve et malheureusement, là aussi, la circulation n’est pas de tout repos. En effet, nous sommes dans une zone d’exploitation forestière intense et un défilé incessant de camions nous dépassent ou nous croisent. Décidément, nous venons d’entrer dans la partie la plus habitée du Chili…pas facile de trouver des endroits tranquilles.

Nous espérons rejoindre la ville de Concepcion d’ici quelques jours. Bâtie sur le Pacifique, elle a été durement éprouvée par un gros tremblement de terre en 2010, suivi d’un tsunami. Nous espérons bien que la nature restera tranquille le temps que nous y séjournerons!


À suivre…

Clic image para ver album

Clic image pour voir album

Clic image to see album


12 février 2015

Newsletter # 19- Carretera Austral (2e partie, suite et fin)

Et voilà! Terminée, done, hecho! Nous venons de compléter le dernier tronçon de la fameuse Carretera Austral. Nous sommes maintenant à Puerto Montt, la ville qui marque la fin (ou le début, c’est selon) de cette célèbre route qui joint le Chili du nord plus habité, aux régions isolées du sud. 

Clic pour voir album

Pour nous, en chiffres, ça se résume ainsi: de El Chalten (Argentine) à Puerto Montt: 35 jours de vélo sur 1 348 km dont au moins 1000 en gravier avec plusieurs zones en gros travaux de construction, 17,000 mètres de dénivelé positif, 6 traversiers, 7 jours de pluie, 12 jours de nuages, 17 jours de soleil!

C’est aussi toute une gamme d’émotions, d’un extrême à l’autre! 

Clic to see album
Ravissement face aux paysages époustouflants quand le soleil brille, déprime quand la pluie et la brume persistent occultant une partie des beaux panoramas. C’est passer de l’inconfort brutal d’une surface de ripio à la douceur du bitume. On peut aussi un soir camper au soleil avec un temps doux, pour se retrouver le lendemain sous la pluie et un mercure sous la barre des 5 degrés! C’est pédaler dans un calme extraordinaire à travers un des superbes parcs naturels que traverse la Carretera pour le lendemain se retrouver dans un embouteillage d’énormes camions enveloppés d’une poussière étouffante, dans une zone en construction. C’est dormir paisiblement en bivouac au bord d’une rivière et un autre jour, se faire réveiller par des fêtards en camping ou des chiens errants dans les villes qui jappent toute la nuit, quand ce ne sont pas les coqs qui s’en mêlent! Notre aventure sur la Carretera n’a pas été de tout repos, mais nous en garderons des souvenirs indélébiles, foi de cyclistes qui en ont pédalé (ou poussé!) chaque kilomètre! 

Clic para ver album
Nous avons aussi rencontré des centaines d’autres cyclistes, de tous les âges, de partout à travers le monde, de tous les styles, des pressés, des lents et contemplatifs, des peu chargés, d’autres comme nous, avec beaucoup de bagages, des cyclistes avec toutes sortes de vélos, du plus hi-tech au plus broche à foin en passant par les vélos couchés ou les tandems. Tout ce beau monde se lance avec enthousiasme sur cette route, pour tout le trajet ou une partie. Il est toujours intéressant d’échanger avec ces autres aventuriers, histoire de comparer notre vécu, surtout quand ce sont des couples comme nous, ou tout simplement pour partager certaines informations sur la route. Nous avons le sentiment d’appartenir à une communauté de voyageurs bien particuliers qui s’entraident. Surtout, ça nous rassure de constater que nous sommes loin d’être les seuls fous à se lancer dans ce genre d’aventure!

Après Coyhaique à peu près à mi-chemin, certaines étapes nous ont particulièrement marqué. 

Clic pour voir album
Entre autres, nous avons apprécié notre arrêt au camping du Ventisquero Colgante, dans le parc Queulat, un immense territoire de montagnes serties de glacier et tapissées de denses forêts. Toutefois, à notre arrivée au camping, vers 19 heures, on nous a d’abord dit qu’il n’y avait plus de place. Pas question de repartir car il n’y a rien autour et la densité de la forêt décourage le bivouac! Aguerris que nous sommes, nous insistons, car il y a toujours moyen de trouver une solution. L’argument « nous sommes des cyclistes fatigués » a convaincu le garde-parc et on nous a permis de nous installer sur un site de groupe avec un grand quincho (kiosque). Comble de chance ce soir-là, personne n’est venu! Ce fut donc une soirée très calme et c’est au son des cascades et du rio Colgante tout près, que nous nous sommes endormis. Le lendemain, il faut prendre le temps d’aller admirer le fameux glacier suspendu à partir du mirador. Spectaculaire!

Clic to see Album
Nous avons aussi bien apprécié notre séjour à Puyuhuapi, joli village lové au pied de montagnes, avec plage donnant sur le canal du même nom se jetant directement dans le Pacifique. La montée pour en sortir fut toutefois ardue, suivie par une longue zone de travaux où il a fallu zigzaguer à travers des dizaines de gros camions. En plus de jouer sur les nerfs, ça nous gâche le paysage, sans parler de l’état de la chaussée qui demande des réflexes bien aiguisés pour éviter les plus grosses roches ou les énormes nids-de-poule. Une vraie course à obstacles dont nous sommes sortis noir de poussière!

Clic para ver album
Il y a aussi le passage dans le parc Pumalin qui nous a particulièrement impressionné. Situé au nord de la petite ville de Chaiten, ce parc vient tout juste de réouvrir en 2011. On peut encore y voir les ravages dûs à l’éruption du volcan Chaiten en 2008. Inactif pendant 450 ans, ce volcan s’est soudainement réveillé, forçant l’évacuation de la petite ville du même nom. Aujourd’hui, il est surveillé de près et nous avons pu camper à sa base, admirant son sommet qui fume encore. Un endroit surréel!

Clic pour voir album
Nous n’oublierons pas de sitôt cette journée où nous avons pédalé sous la pluie, sur une route boueuse aux montées raides, jusqu’à Caleta Gonzalo. Arrivés là-bas, il est trop tard pour le bateau et il n’y a qu’un camping comme option d’hébergement. Nous nous réfugions donc dans le restaurant près du quai pour nous sécher un peu devant le feu de foyer. Devant notre air misérable, la proprio nous offre de sécher nos vêtements dans une sécheuse. Nous profitons ensuite d’une éclaircie de courte durée pour monter la tente au camping. Le lendemain, c’est sous une pluie fine encore, que nous décampons pour aller prendre le premier bateau de la journée à 10h30. Après une traversée de 45 minutes, il nous faut pédaler 10 kilomètres sur une route de fin gravier (facile pour une fois!) pour rejoindre l’autre quai où nous embarquerons pour la traversée de 4 heures jusqu’à Hornopiren. Un timide soleil nous permet de sécher les équipements en attendant le bateau et finalement nous débarquons à Hornopiren vers 18h30. Ce soir-là, pas question de camper car le temps est redevenu incertain. Nous logeons donc dans une modeste hospedaje et nous profitons d’une Costumbrista (festival gastronomique) pour goûter à quelques spécialités locales. Faut bien se gâter de temps en temps!

Clic to see album
Nos derniers jours sur la Carretera Austral se passeront malheureusement sous les nuages, si ce n’est sous la pluie. De Hornopiren à Contao, nous grimpons solide, d’abord sur une route en construction, puis enfin, sur l’asphalte, avant de redescendre vers la mer où un brouillard poisseux nous enveloppe. Nous sommes vite complètement trempés, frigorifiés par le vent qui se lève. Charles qui est pourtant le plus résistant des deux décide tout à coup que c’en est assez! Denise ne se le fait pas dire deux fois, c’est oui, on s’arrête! Une hosteria restaurante nous sert de refuge et nous décidons d’y passer la nuit bien à l’abri de la pluie et du froid. Urban, un cycliste allemand rencontré plus tôt, se joint à nous, lui aussi fortement éprouvé par ce temps maussade.

Clic para ver album
Le lendemain, toujours sous un couvert de nuages mais au moins sans pluie, nous rejoignons finalement Puerto Montt, après avoir pris un dernier traversier et pédalé sur du bitume, tout en douceur. Quand nous croisons des cyclistes enthousiastes avec des vélos tout propres, qui commencent à peine le trajet, nous éprouvons un sentiment de joie intense en pensant que nous, on l’a enfin terminée cette route mythique. En témoignent nos vélos grinçants et recouverts de boue! Nous ressentons une intense satisfaction d’avoir réussi à franchir tous les obstacles et surmonté toutes les difficultés. Nous ne pouvons que souhaiter bonne chance à tous ceux qui entreprennent cette fantastique équipée.

Maintenant installés dans une sympathique hospedaje, nous prenons une semaine de congé bien mérité. Il faut refaire les forces et les vélos eux, ont bien besoin d’une révision complète. Il faut aussi planifier la suite. 

Irons-nous vers le Pacifique ou vers les montagnes? Il y a toute la région des lacs et des volcans à voir aussi…Bien des décisions à prendre. Ce qui est sûr, c’est que nous espérons bien pédaler pour un temps sur du bitume, car pour le moment, la « garnotte », on en a ras-le-bol! 

À suivre…

Clic pour voir album


Clic to see album

Clic para ver album

28 janvier 2015

Newsletter # 18 El Chalten à Coyhaique

Clic to see album
Notre séjour à El Chalten a été marqué pas plusieurs rencontres des plus intéressantes. D’abord, nous avons fait connaissance avec Pablo, un marionnettiste espagnol qui voyage avec son mini-théâtre…à vélo! Oui, vous avez bien lu. Dans une petite remorque, Pablo traîne toute sa petite famille de marionnettes qu’il a lui même fabriqué et nous avons eu la chance d’assister au spectacle qu’il donne à chaque étape de son voyage, cette fois, à El Chalten. Il y a aussi ce jeune couple de Japonais qui l’accompagnent depuis quelques semaines, eux aussi à vélo, à la découverte de l’Amérique du Sud. Tous, ils viennent de terminer la Carretera Austral du nord au sud. Nous échangeons quelques informations sur nos trajets respectifs.

Clic pour voir album
Lors de notre dernière journée à El Chalten, nous décidons de faire la randonnée au Lago de Los Tres dans l’espoir d’admirer le Fitz Roy de plus près. Sur le sentier, nous échangeons un bonjour avec un couple de randonneurs qui redescendent vers El Chalten, et surprise! l’accent est québécois! Ce n’est que la 2e fois que nous croisons des compatriotes pendant notre voyage. Myriam et Philippe sont de Baie-Comeau, plus précisément Pointe-Lebel, et ils font du trekking en Patagonie. Nous nous donnons rendez-vous en soirée. 

Arrivés au Lago de Los Tres, le lac est bien visible mais le Fitz Roy lui, a décidé de rester caché dans les nuages aujourd’hui. Tant pis! Après une quarantaine de minutes d’attente, secoués par des vents fous qui viennent de toutes les directions, nous renonçons et reprenons le chemin du retour. Ça nous fait 22 km de marche au terme de la journée! Toute une façon de se reposer, vous direz…Ce soir-là au restaurant la Tapera, nous passons une excellente soirée en compagnie de Myriam et Philippe, mais vous auriez dû nous voir monter et descendre un escalier: la marche fait travailler d’autres muscles que le vélo! 

Clic pour voir album
LA CARRETERA AUSTRAL (1ère partie)
Nous y voilà! Il est maintenant temps d’entreprendre la célèbre Carretera Austral, mythique route que bien des cyclistes à l’âme d’aventuriers rêvent de parcourir. Ça commence par la traversée du Lago del Desierto que nous rejoignons via une route de « ripio » (gravier) de 40 km à partir de El Chalten. Arrivés au quai, nous faisons connaissance avec d’autres cyclistes, dont Barbara et Daniel, un couple de Suisse qui vont dans la même direction que nous. Il y a aussi 2 Chiliens avec des remorques derrière leur vélo. Nous voilà tous à bord. Derrière nous, le Fitz Roy continue à jouer à cache-cache avec les nuages. De l’autre côté du lac, il y a le poste de douane argentin. C’est ici que nous faisons estamper les passeports pour notre sortie du pays avant de nous installer en bivouac à la lisière de la forêt pour la nuit. Coup de chance, en soirée, nous avons une vue superbe sur le fameux Fitz Roy qui daigne enfin sortir de son manteau de nuage, au bout du lac.

Clic to see album
Le lendemain, levés tôt, nous nous préparons fébrilement à entreprendre la piste. En effet, entre l’Argentine et le Chili, il n’y a pas de route. Il faut franchir un sentier de montagnes qui grimpe sur 6 km avant de redescendre sur un chemin caillouteux pour 14 autres km. Il n’y a aucune alternative pour rejoindre Candelario Mancilla où nous espérons prendre le bateau de 17h pour Villa O’Higgins après avoir franchi la douane chilienne. Nos sacoches sont remplies de provisions parant à toute éventualité si jamais le traversier n’est pas en service à cause du mauvais temps, car il n’y a pas de ravitaillement possible avant Villa O’Higgins.  

Un mot pour résumer la journée: épique! Je vous raconte.

Sous un ciel maussade, nous attaquons la pente. Daniel et Barbara partent les premiers, moins chargés et plus rapides que nous. Les Chiliens nous précèdent de peu mais avec leurs remorques, ils ont fort à faire. Ça grimpe sec dès le début, si bien que nous devons pousser les vélos à deux. Plus loin, il faut carrément les décharger car il y a des ornières profondes où les sacoches ne passent pas. Il y a aussi de nombreux ruisseaux à franchir et Charles va s’enliser à quelques reprises dans la boue, tellement que ses bottes vont pratiquement y rester. Denise, elle, frôle la catastrophe en perdant le contrôle du vélo qui manque de dévaler dans un ravin…avec elle! Elle se jette par terre in extremis et réussit ainsi à stopper la chute. Plus de peur que de mal. Pour couronner le tout, une petite pluie fine intermittente rend le sentier encore plus boueux…Mais qu’est-ce que nous faisons ici, se demande Denise par moments?!?

Malgré tout, au prix d’efforts acharnés, nous parvenons au sommet vers 13 hres ce qui nous laisse espérer pouvoir rejoindre le quai à temps, mais il reste tout de même 14 km à franchir et même si maintenant, nous sommes sur une « vraie » route et qu’en principe, ça va redescendre, rien n’est facile! En effet, ce n’est que gros gravier et pierres de rivière, mêlés à des roches concassées coupantes. Pour éviter un dérapage, il vaut mieux pousser les vélos dans les descentes trop raides! 

Clic pour voir album
Quand nous apercevons enfin la douane du Chili, il est près de 16h15 et il reste encore 1 km de descente abrupte pour se rendre au quai. Heureusement, les douaniers ne font pas trop de chichis et nous continuons vite vers le lac. À 16h30, nous y voilà! Juste à temps, car le bateau arrive justement au quai et repartira dans 30 minutes. Daniel et Barbara sont là, ainsi qu’au moins une autre trentaine de personnes, cyclistes ou randonneurs qui sont restés bloqués depuis 4 jours car le service a été interrompu à cause du mauvais temps. Nous apprendrons par la suite qu’il n’y pas eu de bateau les 4 jours suivants. Nous avons donc eu beaucoup de chance!

À Villa O’Higgins, installés au camping El Mosco, nous croisons de nombreux autres cyclistes qui terminent tout juste la fameuse Carretera. Tout le monde y va de ses conseils et nous apprenons mille détails utiles sur la route à venir. Bien qu’impatients d’entreprendre l’aventure, nous prenons le temps de reposer les jambes…et les bras, courbaturés par tout ce « poussage » de vélos chargés!

Le 10 janvier, nous nous mettons finalement en route, même si le temps reste maussade et venteux. Ne me posez pas la question, vous connaissez sûrement la réponse: eh! oui! vent de face!
Puis vers midi, voilà que la pluie commence. À mesure que le vent s’amplifie, le froid s’installe. Malgré les imperméables, nous sommes glacés, fouettés par des averses violentes. Après 32 km, devant une ferme, nous apercevons un petit refuge en planches, tout près de la route. Il y a une cheminée et quelques bûches si bien que Charles parvient à allumer un feu. Mais l’air rentre de partout et nous craignons de passer une bien mauvaise nuit…

Clic pour voir album
Tout à coup, nous entendons quelqu’un siffloter à l’extérieur. Nous  faisons connaissance avec Jorge, le fermier. Inquiet que nous ayons froid, il nous installe plutôt dans une petite maisonnette sur la ferme, avec un poêle à bois. Il nous apporte une pleine brouette de bûches et en attendant que ça se réchauffe, il nous invite dans la grande maison pour rencontrer Maria, sa femme. Nous passons l’après-midi à écouter de vieux films avec lui et Maria qui s’esclaffe quand elle voit Charles cogner des clous, amorti par la chaleur agréable du poêle. Finalement, après nous avoir invité à souper avec eux, ils nous gardent à coucher dans la grande maison pour être sûrs que nous dormions au chaud.

Le lendemain, il pleut encore à boire debout, si bien qu’il est impossible de prendre la route. Jorge et Maria ne voit pas d’inconvénient à ce que nous restions et nous avons l’honneur de participer au rituel du mate, une infusion d’herbes. C’est signe que nous sommes considérés comme des amis. Jorge s’amuse aussi à m’offrir un alcool de cerises à 10 hres du matin. Lui et sa femme rigolent de me voir grimacer en avalant quelques gorgées de cette liqueur plutôt corsée pour un dimanche matin, surtout avec un estomac vide! La journée sera bien tranquille, au chaud près du poêle à bois…

Clic to see album
Le lendemain, il faut tout de même tenter d’avancer car ici, sur la Carretera, si nous attendons un temps parfait, nous pourrions attendre longtemps. Nous voilà donc sur la route, face au vent toujours, mais au moins, la pluie n’est plus qu’intermittente. Cependant, c’est le froid qui cause problème. Ça nous transperce, si bien que nous stoppons après seulement 22 km, dans un autre refuge, un peu plus grand cette fois, mais toujours aussi ouvert à tout vent. Un bref feu de cheminée procure un semblant de bien-être avant de nous blottir dans les duvets. Nous avons au moins un toit sur la tête, car toute la nuit, le vent secoue le refuge. La tente aurait-elle résisté?? 

Clic pour voir album
Enfin, un timide soleil perce les nuages peu à peu, si bien que l’étape suivante nous permet de découvrir les fameux panoramas de cette mythique Carretera. Montagnes, lacs et rivières déploient leur beauté tout autour de nous. La route se révèle toutefois très ardue, du ripio, très souvent en planche-à-laver, et que dire des pentes aux gradients allant souvent jusqu’à 15%, parfois plus!!! Les jambes travaillent fort ainsi que les bras qui doivent régulièrement pousser les vélos dans des côtes impossibles! 

Nous méritons une journée de repos à Caleta Tortel sur le canal Baker, très joli village bâti à flanc de montagnes. Particularité: il n’y a pas de routes, que des passerelles en bois, avec de vertigineux escaliers. Nous y croisons de nombreux cyclistes, encore une fois, d’un peu partout à travers le monde. Tous sont d’accord sur un point: la Carretera Austral, c’est une méga aventure! 

Clic pour voir album
Alternance de soleil et nuages, mêlés à quelques épisodes de pluie, parfois intense, avec fort vents de face: voilà qui résume les conditions dans lesquelles nous allons rouler jusqu’à Cochrane où nous arrivons sous une pluie battante! Nous y passons 2 jours, histoire de sécher nos affaires et de recharger les batteries qui en ont bien besoin. Le moral n’est pas à son meilleur…Il faut puiser dans les réserves de détermination, encore une fois. Nous nous rendons à l’évidence, il faut ralentir encore plus le rythme. Après tout, nous n’avons rien qui nous presse, contrairement à plusieurs autres cyclistes qui ne pensent qu’à rejoindre un point quelconque dans un minimum de temps, pour toutes sortes de raison. 

Clic to see album

Pour nous récompenser de notre sage décision, le temps se révèle radieux les jours suivants, si bien que nous découvrons le rio Baker et la région du Lago General Carrera dans les meilleures conditions possibles. De courtes étapes d’une quarantaine de kilomètres nous permettent de nombreux arrêts photo et contemplation ainsi que de longues pauses lunch, comme cette fois, sur une petite plage où nous avons fait une courte sieste au soleil…Nous nous installons souvent en milieu d’après-midi dans de magnifiques coins pour faire un bivouac, ce qui nous donne le temps de relaxer et de bien récupérer des montées qui restent des plus ardues. Autre petit désagrément: les attaques de tabanos! Ce sont de grosses mouches qui piquent sans merci: devinez quel gros mot ça nous inspire? Mais malgré les difficultés, le plaisir est au rendez-vous. Comme le disait si bien Michel, un cycliste français rencontré plus tôt: « La Carretera Austral, c’est géant! »

À Puerto Rio Tranquilo, où nous arrivons en fin d’après-midi, nous partons vite en bateau visiter les fameuses Capillas del Marmol, pendant qu’il fait beau. Boris, notre capitaine, prend plaisir à nous faire découvrir les multiples recoins de ces falaises de marbres, sculptées par l’eau et le vent. Les conditions sont parfaites: lac turquoise aux eaux comme un miroir où se reflètent des formations rocheuses aux couleurs subtiles, sous une lumière dorée de fin de journée. 

Clic pour voir album

Au départ de Puerto Rio Tranquilo après un jour de repos, nous retrouvons encore une fois les nuages avec de temps en temps une petite pluie fine. Mais nous sommes aguerris maintenant, et malgré tout, le paysage reste magnifique, même si certains sommets se cachent quelque peu dans la brume. Cela crée parfois une atmosphère fantasmagorique…

Clic pour voir album
D’agréables bivouacs se succèdent avant notre arrivée à Villa Cerro Castillo où, pour notre plus grand plaisir, nous retrouvons de l’asphalte. En effet, la Carretera est pavée au moins pour les  prochains 272 kilomètres, un répit bienvenu pour nos poignets…et nos derrières! En entrant dans la petite ville, nous apercevons une cantine, dans une vieille caravane colorée, sur le bord de la route. D’agréables odeurs nous chatouillent les narines alors, pourquoi pas un bon hamburger avec frites? Comme nous stationnons les vélos, un jeune homme sort du resto et nous interpelle: « Bonjour Charles et Denise! » Ébahis, nous lui demandons comment il se fait qu’il nous connait car nous ne le connaissons pas du tout. Eh! bien! c’est simple: César a suivi notre blogue en préparant son propre voyage et il nous a reconnu! Nous échangeons mille anecdotes avec ce jeune passionné qui se dirige vers le sud. 

Ce soir-là, nous optons pour un « vrai » camping afin de prendre une douche chaude. Mauvaise décision: le proprio donne un « asado » (barbecue) pour une vingtaine de personnes, et un groupe de jeunes Israéliens (de réputés fêtards à travers le monde, semble-t-il, avec une attitude pour le moins arrogante, malheureusement), nous garderont réveillés jusqu’à au moins 2h30 du matin…avant que deux coqs se prenant pour Caruso ne décident de nous achever sans répit, à partir de 3h26 exactement! Oui, j’ai regardé ma montre! 

Clic to see album

Un peu hébétés par cette mauvaise nuit, nous attaquons tout de même la longue et raide montée à la sortie de Villa Cerro Castillo. Heureusement, le fait de pédaler sur le bitume adouçit quelque peu la difficulté. Depuis quelques jours nous roulions légèrement vers l’est, ce qui nous a permis d’avoir enfin un léger vent favorable, mais au terme de la montée, ça tourne vers l’ouest, donc retour de notre cher « ami » vent de face! Comme s’il pensait qu’on s’est ennuyé de lui, il se permet de souffler de plus en plus fort, si bien qu’en arrivant à El Blanco, tout petit bled perdu, nous cherchons un endroit abrité où camper. Nous demandons à la dame du seul hosteria de la ville si nous pouvons piquer la tente derrière le bâtiment. Elle nous invite plutôt à dormir dans un petit kiosque fermé derrière son hôtel! Tout ça pour le prix d’un camping et nous avons droit à une super douche chaude dans l’hôtel. De plus, elle propose un souper très peu cher: un beau pavé de saumon accompagné de riz. Une offre qu’on ne peut refuser!

Clic pour voir album

Nous partageons l’espace avec quatre autres cyclistes: des Américains, Margie et Charlie, tous deux dans la soixantaine. Ils vont vers le sud alors que Richard et Janet, de Cambridge, Angleterre, nous suivent plus ou moins depuis Caleta Tortel. La pluie et le vent persistent toute la nuit…mais nous dormons bien au chaud dans notre abri! 

Clic pour voir album
Le lendemain, nous attendons que la pluie s’arrête avant de reprendre la route pour les derniers 35 km qui restent jusqu'à Coyhaique, la plus grosse ville sur le trajet de la Carretera Austral. Nous y faisons étape pour 2 jours, dans une jolie cabana très confortable! Il est temps de s’offrir un peu de luxe après 593  km d’efforts ardus. Les corps ont besoin de repos, surtout les genoux de Denise qui grincent après toutes ces côtes raides.

Il faut se réserver un peu car de nouvelles étapes pleines de défis nous attendent. Le ripio sera de retour et il y a de nombreux tronçons en construction qui risquent de nous compliquer la vie, nous dit-on…Non, définitivement, rien n’est facile ici, sur la Carretera Austral! 


À suivre…

Clic to see album

Clic pour voir album

Clic pour voir album